Le retour d'un soleil éclatant!
Le groupe de taches solaires 67 a émis une éruption X1.1.

Message presto envoyé le 26 février: 'une éruption X1.1 a explosé tôt ce matin (début :01h50UT, apogée :02h03, fin :02h10UT) en provenance du groupe Catania 67 (NOAA active region 564). Cette région active était à peine visible il y a quelques jours mais elle s’est étendue pour atteindre actuellement 8 fois le diamètre de la terre. Elle a une configuration beta-gamma. Une forte activité éruptive reste possible...'

/ English Version
posted: March 1

Cliquer sur l’image pour voir un film d’EIT couvrant la période du 24 février au 1er mars. Tôt le 26 février, le groupe de taches solaires 67 (NOAA 0564) s’est illuminé. A ce moment là et à cet endroit là, il y eut un rayonnement très fort avec une longueur d’ondes de 195 , qui tombe dans le champ des ultraviolets extrêmes.
Le groupe de taches solaires 67 a maintenu le soleil éveillé. Dans le tracé des rayonnements-x relevé par le satellite GOES (image de droite), nous pouvons voir que le rayonnement de fond a commencé à augmenter à partir du 24 février avant d’atteindre la partie supérieure du niveau B. Plusieurs éruptions de type C eurent lieu et soudain la courbe a atteint le niveau X ! C’était inattendu vu la situation des semaines précédentes qui avaient vu le soleil s’assoupir. Du 10 au 24 février, le rayonnement de fond correspondait à une courbe ondulée située dans la partie inférieure du niveau B. Les éruptions qui ont été enregistrées étaient toutes de type B, sauf du 16 au 22 février.

Au moment de l’éruption, le groupe 67 se trouvait à proximité du centre du disque solaire. Pourtant, l’impact de l’éruption sur la terre a été mineur. Premièrement, aucune CME (éjection de masse coronale) ne l’accompagnait. Deuxièmement, il y a des particules telles que des protons et des électrons qui quittent le soleil pour se diriger vers la terre. Ce flux est mesuré par ACE, un satellite se trouvant dans le point L1, près de SOHO. Il n’y eut que le flux de particules de bas niveau énergétique qui augmenta quelque peu. Le flux de particules de haut niveau énergétique n’a pas dépassé le seuil. Ainsi, nous avons évité un proton event . La libération soudaine d’énergie ne s’est manifestée que par une forte augmentation du rayonnement et non pas sous une forme cinétique telle que par une CME ou une tempête de proton. Une CME ou un nuage de proton sont des entités physiques, des masses dans ce cas-ci, qui sont éjectées du soleil et se déplacent dans l’espace. Physiquement parlant, nous estimons que la masse en mouvement a une énergie cinétique.

Le groupe de taches solaires est fin prêt à disparaître derrière la partie occidentale. Depuis, le soleil est à nouveau calme au niveau des éruptions.