Un souffle oblique
La terre a été effleurée de justesse par une CME (éjection de masse coronale) qui a quitté le soleil le 19 septembre et qui a s’est dirigée très près de notre magnétosphère.
Nederlandstalige versie /English Version posted: Sept 23, 2004

L’éruption M1.9 a atteint son apogée à 17:12UT le 19 septembre, elle était accompagnée d’une CME allant en direction de l’ouest. Dans les premiers moments, il était difficile de tirer des conclusions sur la puissance du nuage de plasma et sur les éventuelles conséquences que cela peut avoir pour nous, ici sur terre. Le coronographe LASCO, à bord de SOHO, ne pouvait nous fournir aucune information à cause de l’absence de données au moment de l’éruption. Un autre satellite, GOES a mesuré un flux croissant de particules hautement énergétiques. Le flux de particules >10 MeV a franchi le seuil aux alentours de 20:30UT. L’augmentation de particules bombardant l’espace va dans le sens d’un événement énergétique qui sera sûrement perturbant s’il est dirigé vers la terre.
Le 22 septembre à 6:00UT, ACE, localisé dans le point L1 près de SOHO, a repéré un faible choc dans la vitesse du vent solaire, dans la température, dans la densité et dans les champs magnétiques interplanétaires. La terre est connectée magnétiquement au soleil par les lignes de champs magnétiques ouvertes qui émergent de la surface du soleil. Les lignes occidentales du champ sont courbées vers la terre. Ceci est causé par la rotation solaire des 27èmes jours et par l’inertie des lignes : le soleil propulse les lignes sous forme de spirales (la spirale de Parker). L’éjection de masse coronale a donc quitté le soleil en direction de l’ouest et a été guidée le long des lignes des champs magnétiques interplanétaires. Cette courbure des lignes de ces champs est ce qui distingue les éjections de masse coronale orientées vers l’ouest de celles qui sont orientées vers l’est. Une partie de l’éjection de masse coronale a perturbé notre champ géomagnétique causant une tempête mineure comme cela a été mesuré par Izmiran (K=5) et Boulder (K_p=5). Cette station rassemble les mesures d’un grand nombre de stations disséminées dans le monde et donne une estimation de l’index planétaire K. Ce K_p est un index de la perturbation globale du champ magnétique terrestre.
L’image noire ci-dessus est une source de données de l’ACE (Advanced Composition Explorer). L’information que nous récoltons grâce à ACE est cruciale pour nous météorologues. Elle permet d’identifier une éventuelle turbulence causée par le vent solaire. ACE nous offre aussi un bon outil pour observer les CME heurtant la terre. Dès que le vent solaire a passé ACE, il vient cogner sur la magnétosphère terrestre tandis que le point L1 se trouve juste avant le bow-shock . Le bow-shock représente l’extrémité du geospace qui est influencée par le champ magnétique solaire. Le vent solaire souffle au-dessus et à côté de ce shock créant la forme de cône arrondi (bulb-cone) qui lui est typique.