Space Weather
Puissante éruption solaire, le 9 août 2011
posted: Aug 09, 2011, 15:45UT
Une puissante éruption solaire a eu lieu à 08:05 UT aujourd'hui, le 9 août 2011 pour laquelle plusieurs alertes sont envoyés par e-mail.


Une forte augmentation de la radiation (une éruption solaire, ou ''flare'') a été mesurée par le satellite GOES. L'éruption a été aussi observée dans les images du Soleil prises par PROBA2/SWAP et SDO/AIA. La radiation solaire a atteint la Terre 8 minutes plus tard. Il s'agit de la plus forte éruption du cycle solaire en cours (cycle 24).

Après le maximum de l'éruption, le flux de protons de l'environnement terrestre a augmenté. GOES est aussi capable de mesurer ces particules chargées très énergétiques. Durant cet événement le Soleil envoie un grand nombre de ces particules dans l'espace, un nombre beaucoup plus important que d'habitude. Le flux de protons a dépassé le seuil d'une tempête, bien que le niveau de cette tempête n'est pas extraordinaire.

Le nuage de plasma est parti du Soleil au moment de l'événement. Il se propage dans le système solaire à la vitesse de plus de 1000 km/s. À cette vitesse (1000 km/s) et sans décélération, ce nuage couvrirait la distance entre le Soleil et la Terre en 1 jour et 17 heures. Le nuage de plasma ne se dirige pas directement vers la Terre, bien qu'un impact latéral soit possible avec comme conséquence la tempête géomagnétique.


Conséquences possibles sur la face de la Terre exposée au Soleil:
les communications radios peuvent être interrompues - les satellites en orbite juste au-dessus de l'atmosphère terrestre peuvent subir une friction plus importante - les systèmes de navigation basés sur les satellites et le passage du signal par l'ionosphère peuvent être perturbés.

Conséquences possibles associées à l'événement des protons: radiation supplémentaire autour des cercles polaires de la Terre et dans l'espace (la Station Spatiale Internationale y est vulnérable) - perturbations de la communication radio autour des cercles polaires.

Des effets supplémentaires sont possibles à l'arrivée du nuage de plasma, par exemple des aurores boréales.